Les indigènes de l’Amazonie ont confiance dans le Pape François

Oct 17 , 2019 Actualités

Le cardinal péruvien Pedro Barreto, jésuite, est archevêque de Huancayo au Pérou ; il est aussi vice-président du Réseau Panamazonien (REPAM). À ce titre, il a participé activement avec les communautés indigènes, durant un an et demi, à la préparation du synode actuel. Il est venu à Rome en compagnie de tous ces représentants et représentantes du monde autochtone amazonien ; il est avec eux, il s’est fait l’un d’eux. Il nous a fait parvenir le message que les indigènes lui ont demandé de transmettre au Pape François, leur frère.

Saint-Père, frère François,
comme t’appellent les peuples indigènes amazoniens.

Voici tes frères et sœurs venus de différentes parties de l’Amazonie pour participer au Synode.

D’autres sont venus à Rome pour accompagner par la prière et dans diverses activités en appui à ce cheminement synodal. Tous sont les gardiens du don de la création. Il y a aussi des religieux et religieuses qui travaillent en Amazonie et plus de 250 évêques du monde entier, pour la plupart des bergers qui accompagnent le peuple de Dieu en pèlerinage dans la région amazonienne. Nous voulons dire à voix haute ce que nos frères et sœurs indigènes d'Amazonie ont exprimé :

« Les politiciens n’ont pas le temps de nous écouter, pas plus que les membres ‘importants’ de la société ; mais le pape François, notre frère François et l’Église catholique ont le temps de nous écouter avec plaisir et attention. »

Un autre a résumé la contribution du Synode en affirmant :
« L'Espérance ne disparait pas. »

Une autre sœur indigène a résumé ce que son grand-père lui a dit :
« Faisons naître la Parole en œuvres... »

Nous voici, Saint-Père, à tes côtés, parce que tu nous as appelés à entendre le cri de la terre et le cri des pauvres. C’est pourquoi, en un an et demi de préparation, nous avons écouté le peuple de Dieu en pèlerinage en Amazonie. Nous réfléchissons maintenant ensemble à la recherche des « nouvelles voies pour l’Église et pour une écologie intégrale » que Dieu désire pour nous et pour l’humanité. Nous nous mettons maintenant en route, accompagnés par l’évêque de Rome, successeur de l’apôtre Pierre, « le principe perpétuel et visible et le fondement de l’unité entre les évêques et la multitude des fidèles » (Vat. II, LG 23).

À Rome, avec notre frère François, nous avons commencé ce voyage ensemble, dans cette ville. Merci Saint-Père, notre frère François ; nous voulons marcher ensemble avec toi, tu n'es pas seul !

Que Dieu nous accompagne et nous bénisse !

 

Étiquettes: Amazonie